Les belles rencontres font des portraits : Adrien Colly, spécialiste des arts traditionnels de santé chinoise

Adrien Colly, spécialiste des arts traditionnels de santé chinoise partage avec nous son expérience et nous donne de précieux conseils pour retrouver la santé naturellement. Le tout, avec bienveillance et bonne humeur.

Les belles rencontres adrien colly medecine chinoise

Adrien Colly, spécialiste des arts traditionnels de santé chinoise, intervient régulièrement sur notre site 50ansdanslevent. Aujourd’hui, nous sommes heureuses d’échanger avec lui et en profitons pour vous le présenter un peu plus «intimement».

Absolument passionné et passionnant, il partage avec nous son expérience et nous donne de précieux conseils pour retrouver la santé naturellement.

Il accompagne les personnes qui souffrent de dépression, burn-out ou anxiété, à retrouver leur santé grâce aux solutions naturelles.

Toujours avec enthousiasme, sourire et honnêteté, Adrien répond avec bienveillance à toutes les questions que nous lui avons posées et auxquelles nous pouvons être confrontées en tant que quinqua.

Le portrait :

Adrien, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour Claire. Avant tout, je tiens à te remercier pour l’espace que tu donnes à mes écrits à travers ton blog. Avoir l’occasion de découvrir une approche différente de la santé est une bouffée d’oxygène pour nombre d’entre nous.

Pour me décrire en quelques mots, je suis né à Lyon, j’ai une sœur et deux demi-soeurs ici en France. Une demi-sœur et un demi-frère à l’étranger, dont je suis fan. Après un Bac L passé au Maroc, je suis rentré en France pour travailler et surtout expérimenter les plaisirs de la vie. Ayant quelque peu poussé sur la fête et les addictions, mon corps et mon esprit m’ont brutalement fait comprendre qu’il valait mieux que j’envisage d’autres options, si je voulais continuer à jouir de la vie terrestre. Je me suis abandonné au changement, qu’inconsciemment je désirais ardemment, tant ma vie était devenue entravée. S’ensuivirent sept années d’études et de pratiques des arts de santé traditionnels, que je poursuis actuellement. Cela recouvre plusieurs disciplines dont la médecine chinoise, le Qi-gong, la méditation, les massages thérapeutiques chinois et thaïlandais. C’était ma thérapie, un vrai remède de cheval. Cela m’a permis de me remettre à niveau et d’avancer à nouveau dans la vie. Parallèlement, pour la gagner,  j’exerçais les techniques de massage que j’apprenais au cabinet aménagé à mon domicile. (Je vous réserve une anecdote croustillante à ce sujet dans l’interview.)

Je parle au passé, car en 2019 j’ai souhaité mettre fin à l’activité du cabinet. Je me consacre uniquement au développement du blog batirsasanté. Depuis cette date je suis salarié et mène ce nouveau projet entrepreneurial de blogging sur mon temps libre.

Qu’est-ce qui t’a poussé à faire ce métier ?

Un mélange de plusieurs choses. L’envie d’apporter une pratique efficace en termes de santé, autant que la nécessité de bâtir la mienne. Je me suis inscrit à une école de médecine chinoise au Qi-gong, à la méditation. Ces domaines-là sont tous intrinsèquement reliés c’est fascinant intellectuellement autant qu’à expérimenter.

Parallèlement de 2015 à 2019 je recevais à mon domicile ou j’avais aménagé un espace de soins. J’y pratiquais essentiellement le massage médical chinois Tui-Na.

J’ai étudié, beaucoup pratiqué, et finalement gagné une compréhension profonde de moi-même et de l’être humain. Cela nécessite beaucoup de temps, de calme et de patience et est difficilement conciliable avec un emploi “classique”. Ce qui continue de me surprendre c’est de découvrir la profondeur de la vie. Au-delà de la morosité ambiante que l’on nous vend, il y a un sens, une quête à mener. Le cabinet, les études, le Qigong m’ont permis de m’immerger totalement dans cet univers. Grâce à cela, ma qualité de vie a progressé, à un niveau que je n’aurai jamais imaginé au départ. J’ai en outre aidé des centaines de personnes à soulager leurs douleurs et à construire leur santé.

Pourquoi vient-on consulter un pratiquant des arts traditionnels de santé et de la médecine chinoise ?

Je recevais globalement deux types de personnes. Celles qui étaient dans un état de santé correct et qui venaient recevoir un Tui-na pour entretenir leur santé. Ils appréciaient tout à fait la régularité, ainsi que la logique de prévention si chère à ces soins. L’autre type consultait pour toutes sortes de douleurs notamment du dos, des cervicales. Cependant, la France est l’un des rares pays d’Europe à bloquer la reconnaissance de la médecine chinoise. Ainsi, les patients seulement après avoir testé le kiné, l’ostéopathe se tournent vers un praticien de médecine chinoise. Lui n’est pas remboursé (sauf par quelques mutuelles). Il est donc compliqué de vivre de son activité. Bien souvent, les praticiens exercent à temps partiel. Les personnes qui ont des problématiques chroniques et ne trouvent pas de solutions en médecine occidentale font aussi cette démarche. Dépression, fertilité, douleurs chroniques, vertiges, surpoids, endométriose et autres joyeusetés sont des problématiques qui peuvent être résolues en médecine chinoise. En réalité c’est un système médical complet qui a vocation à traiter toutes sortes de troubles, graves ou bénins.

Quels sont les principaux motifs de consultation que tu constates ?

En dehors de ce que j’ai évoqué plus haut, je remarquais énormément de gens souffrant d’hyperactivité (non déclarée). Ils venaient pour des problématiques connexes à cela. Ils ne décrochent plus, ne se posent plus, sont dans une sorte d’agitation mentale permanente. Cela est inquiétant. Ils vivent quasi essentiellement dans leur tête et oublient de se reconnecter à leur corps et à leurs sensations. (Cela ferait du bien à leur mental qui s’apaiserait d’autant). Naturellement cela les affecte au quotidien. Je ne compte plus le nombre de gens qui se plaignaient de migraine, vertiges, de troubles du sommeil, d’acouphènes. Ces troubles sont généralement dus à un Yang excessif, à un manque d’ancrage à soi, au corps, au sol. Le fait qu’ils ne se posent pas pour récupérer est aussi en cause. En médecine occidentale, les systèmes ortho et parasympathiques (l’accélérateur et le frein du corps) ne sont pas en équilibre. Ils misent tout sur l’intellect au détriment de l’intelligence du corps plus spontané, intuitive, silencieuse. Cela nécessite de l’écoute de soi, un réapprentissage en quelque sorte.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

De nombreuses choses me plaisent beaucoup. Découvrir dans la pratique des connexions entre les points d’acupuncture et certaines zones du corps. C’est bluffant. Par exemple, certains points de la hanche traitent des douleurs du dos. Le lire sur un livre est une chose. L’expérimenter sur un patient ou sur soi en est une autre. Sentir que masser un point, à un endroit, A libère un blocage/une douleur à un endroit B est fascinant. Je dirais même troublant. D’autant plus que c’est parfois instantané. Il y a quelque chose à découvrir dont on ne nous parle pas. Lever le voile sur ces mystères est jouissif et valorisant. J’adorais aussi apprendre de nouvelles techniques de travail. Le massage thaï par exemple est un summum de l’intelligence corporelle. Il excelle dans sa capacité à utiliser le corps et la gravité. Cela permet de masser en préservant son énergie tout en distribuant le maximum de force aux muscles importants. On se fatigue moins, on travaille mieux, on garde notre équilibre. Quand on couple ces postures saines à un travail sur le souffle, on expérimente un yoga en même temps que l’on fait un soin. Ces pratiques sont fascinantes dans leurs approches de la santé qui bénéficient au patient, mais aussi au praticien. On gagnerait beaucoup à leur faire plus de place en France.

Quels sont les sujets les plus abordés par les femmes quinquas (et plus) dans ton cabinet ?

Majoritairement ce sont des problèmes de poids, de jambes lourdes, de difficultés de digestion, de frilosité. Ce sont typiquement des problèmes féminins qui s’amplifient avec l’âge, car ils sont incompris par la médecine occidentale. Les femmes ont des problématiques de femmes. Elles ont tendance à trop se laisser aller à leur nature qui est Yin. En revoyant l’alimentation et quelques habitudes de vie, ces déséquilibres peuvent être corrigés. Ce n’est pas une fatalité. Comme il y a aussi des mères parmi les lectrices, leurs filles ont également leurs soucis. Nous savons en tant que praticiens que les troubles de la fertilité, des menstruations, de leucorrhées, sont des choses qui reviennent souvent. Là encore la médecine chinoise peut apporter une réponse sérieuse.

Que conseillerais-tu à nos lectrices pour rester en bonne santé ?

D’écouter plus les messages que leurs corps leur envoient (ressenti) plutôt que les conseils tout faits. Nous sommes tous différents et ce qui peut aller pour une personne n’est pas automatiquement réciproque pour une autre. Je leur conseille aussi de trouver leur part féminine, masculine et d’unir ces deux polarités. De chercher des hommes équilibrés plutôt que des hommes riches (rires). Je pense qu’on a raconté beaucoup de bêtises aux femmes ces dernières années. Elles ne sont pas l’avenir de l’homme ni l’homme l’inverse. Nous avons tous des choses à régler, des karmas à comprendre. Cette démarche est difficile et personne n’est favorisé. Les Chinois classaient les êtres humains en 3 catégories. Ceux qui étaient Yin, ceux qui étaient Yang. Les 3e comprenaient Yin et Yang, unissaient ces polarités et transcendaient leur propre nature. Ces thématiques peuvent être comprises par l’étude et la pratique des différentes disciplines. C’est un vrai chemin que l’on fait vers soi, une quête de développement spirituelle qui permet l’évolution. À la clef, on trouve la santé, la liberté authentique, la paix. Au minimum.

On partage tout : secrets et sourires…

Quel est le plus beau souvenir de ta carrière professionnelle ?

Comme je l’avais énoncé au début, j’ai une anecdote croustillante pour vous: Il faut savoir que depuis 2015 j’exerçais à mon domicile. Se créer une clientèle au départ n’est pas aisé  et il faut bien calculer ses charges et recettes. Il était prématuré que j’ai un local avec pignon sur rue. J’avais donc aménagé l’appartement -où j’étais locataire- à Lyon 4e pour recevoir ma clientèle. Les copropriétaires de l’immeuble étaient hors d’eux. Je recevais des courriers me disant que j’étais hors la loi et qu’il fallait que j’arrête ce que je faisais. Ils n’hésitaient pas à me dévisager quand je les rencontrais. Bonjour l’ambiance ! Par chance, je connaissais le propriétaire qui fermait les yeux. Parallèlement à ça, j’avais rencontré ma petite amie et nous projetions qu’elle emménage chez moi. Après 4 années de bons et loyaux services, ma clientèle était suffisamment stable pour que j’ai mon propre local. J’ai signé un bail et déménagé mon activité pour de nouvelles aventures.

Quel est le plus joli cadeau que la vie t’ait offert ?

Cela va peut-être vous sembler rabat-joie, mais je ne pense pas que la vie offre des cadeaux. Je pense que les choses arrivent lorsqu’on se bat pour qu’elles arrivent. Si de belles choses surviennent, c’est en quelque sorte qu’on y a concouru. Il y a cependant des choses pour lesquelles j’ai de la gratitude envers la vie. Le fait que je sois responsable de mon destin. Je ne suis plus (ou en tout cas moins) l’esclave de comportements inconscients que j’avais autrefois. Je suis aussi profondément reconnaissant d’être sur Terre, de pouvoir dire et faire ce que je pense être juste. Par exemple, transmettre les arts de santé traditionnels, être libre de mener un projet entrepreneurial. À part cela, le spectacle quotidien de la nature, dans sa grandeur silencieuse, est une chose que j’apprécie particulièrement.

Quel est ton péché mignon auquel tu ne peux pas résister ?

(Rires) Il y en a plusieurs là aussi ! En termes gastronomiques, il y a une tradition chez nous à Lyon à laquelle je me laisse volontiers aller. C’est la saison des bugnes. Les craquantes sont pour moi les meilleures. Le goût subtil, la texture craquante, le sucre glace. J’avoue que je suis fan. Les couchers de soleil flamboyant remportent aussi mon adhésion. Il m’arrive parfois de détourner le regard exprès alors que je conduis. Ce n’est vraiment pas raisonnable. Mais j’aime saisir cet instant d’éternité. Enfin j’ai un faible pour les formes arrondies et harmonieuses que je vois passer en ville, que je sois au volant ou à pied 😉  

Quel est ton livre préféré ?

Cette question est vraiment difficile. Il y en a tant que j’apprécie. De plus, il y a tant de styles de livres différents. C’est la pire question qu’on m’ait posée, car je sélectionne mes livres avec soin. Chacun est un trésor. Donc mon livre préféré, c’est celui que je n’ai pas encore lu.

Quelle est ta citation préférée ?

La plus perdue des journées est celle où l’on n’a pas ri.

Nicolas de Chamfort

Peux-tu faire une dédicace à toutes les quinquas dans le vent ?

Salut les quinquas ! J’espère que vous avez la forme avec l’hiver qui approche. Je ne vais pas vous dire qu’il faut entreprendre ou voyager ça vous le faites déjà, alors que vous dire ? Et bien, ne soyez pas des caricatures. Vous n’êtes pas obligées de vous maquiller, ni de dépenser des fortunes dans des crèmes hors de prix. Je vais vous dire un secret. Nous les hommes aimons les femmes qui s’aiment. Tout simplement.

Petite-nana-Pouce-Thumbs-Up-Droite

Avis aux quinquas pétillantes, recevez les derniers articles et posts humoristiques
de 50 ans dans le vent par ici, c’est GRATUIT !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

6 commentaires sur l'article “Les belles rencontres font des portraits : Adrien Colly, spécialiste des arts traditionnels de santé chinoise

  1. « j’ai un faible pour les formes arrondies et harmonieuses que je vois passer en ville  » : On se lache apparement !! Hihihi
    C’est bien de voir qu;il y a encore des hommes qui ne sont pas sulement interessé par des femmes filiforme.
    Signé une Brigitte (avec des formes et des rondeurs et qui assume totalement !)

    1. Bonjour Brigitte. Attention j’ai ajouté arrondies ET harmonieuses. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit 😉

    1. Bonjour. En effet c’est une petite question. Je me consacre actuellement seulement au blog batirsasanté.com Si vous cherchez un praticien de confiance à Lyon en médecine chinoise, je peux vous donner 2 recommandantions. Faites-le moi savoir par message. Belle journée.

  2. Ravie de voir cet interview. Vous me semblez être dynamique et j’ai pris beaucoup de plaisir à vous lire….. merci pour votre bonne humeur.
    Christine

    1. Bonjour Christine. Merci de votre chaleureux commentaire. J’essai d’être dynamique quand je suis actif et plutôt détentdu quand je dors 😉 Ravi que cette lecture vous ait fait passer un bon moment. Belle journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.