Est-on esclaves de nos hormones ?

C’est presque une trentaine d’hormones différentes qui régulent le fonctionnement de notre corps. Impossible d’y échapper donc. Elles influent sur la santé générale, les humeurs, le sommeil, la beauté et même la libido. Mais en est-on vraiment esclaves à ce point ? Comment pouvons-nous échapper à leur influence sur nos humeurs ?

hormones féminines ménopause

Les hormones sont des substances qui circulent dans notre sang en transportant les messages pour que les cellules communiquent entre elles. Elles sont sécrétées par les glandes endocriniennes. Elles interviennent dans les nombreux processus qui régissent l’équilibre de notre organisme.

Ainsi, c’est presque une trentaine d’hormones différentes qui régulent le fonctionnement de notre corps. Impossible d’y échapper donc. Elles influent sur la santé générale, les humeurs, le sommeil, la beauté et même la libido. C’est pour cela qu’on les considère souvent comme responsables de tous nos maux. 

Mais en est-on vraiment esclaves à ce point ? Comment pouvons-nous échapper à leur influence sur nos humeurs, nos petites et grandes douleurs et notre apparence physique ?

Quelles sont les hormones qui régissent nos vies ?

Les hormones sexuelles

Les premières hormones qui exercent une forte influence sur nos vies de femmes sont les œstrogènes et la progestérone. Elles sont sécrétées par les ovaires et régulent le cycle menstruel. Depuis la puberté, nous vivons environ 500 cycles, interrompus par les grossesses, puis par la ménopause.

Rôle des œstrogènes :

  • Fixation du calcium sur les os, et par conséquence leur consolidation
  • Développement des organes féminins jusqu’à la puberté
  • Féminisation de la voix
  • Qualité de la peau et des cheveux, et leur hydratation
  • Répartition des tissus adipeux sur les hanches et les cuisses (Eh oui, c’est leur faute !)
  • Sensibilité aux problèmes veineux

La progestérone complète les effets des œstrogènes et maintient l’état de l’utérus pendant la grossesse. De plus, elle joue un rôle dans la régulation de l’anxiété, du sommeil et de l’hydratation de la peau. Et la testostérone (pour les femmes aussi !) intervient dans le processus du désir sexuel.

Les hormones thyroïdiennes

D’après le Vidal ® « La thyroïde sécrète des hormones dont le rôle principal est de réguler le métabolisme du corps (la façon dont il utilise les éléments fournis par l’alimentation et la respiration) ».

Par un équilibre subtil, les hormones thyroïdiennes régissent la température corporelle, le rythme cardiaque, la force musculaire, l’appétit, la respiration, le système rénal. En bref, elles veillent au bon fonctionnement de tous les systèmes vitaux de notre corps.

… Et toutes les autres

Les autres hormones, ce sont toutes ses substances dont le nom finit en « ine ». Pour ne citer que les plus importantes, petit tour d’horizon rapide :

La dopamine est celle qu’on appelle l’hormone du plaisir immédiat. Elle influence la motivation, la concentration, les addictions. Elle est aussi liée à l’amour et au plaisir sexuel. 

La sérotonine agit sur les comportements alimentaires et sexuels, l’humeur et l’anxiété. Elle est donc très importante pour notre moral et notre capacité de résilience. 

La mélatonine est l’hormone de la nuit et du sommeil. Sa sécrétion est provoquée par le déclin de la lumière du jour pour faciliter l’endormissement. 

L’insuline régule l’utilisation du sucre par les cellules pour les alimenter en énergie. 

Neuromédiateurs proches des opiacés, les endorphines sont responsables du sentiment de relaxation et de bien-être. 

Et enfin, l’ocytocine favorise le calme, le bien-être et le sentiment d’attachement.

Ces troubles hormonaux qui nous mènent par le bout du nez

La ménopause

Championne toutes catégories de la perturbation hormonale, la ménopause n’est pas un trouble à proprement parler. Elle fait partie des phénomènes de vieillissement naturels et normaux. Mais elle nous malmène tout de même beaucoup. Bouffées de chaleur, relâchement de la peau, prise de poids, sautes d’humeur, baisse de libido.

Quand les ovaires cessent brutalement de sécréter les œstrogènes et la progestérone, c’est un choc pour notre organisme tout entier. D’autant plus que c’est la preuve évidente que l’âge avance inexorablement, ce qui n’est pas facile à accepter. Parmi les conséquences de la ménopause les plus inquiétantes : Les œstrogènes étant responsables de la fixation du calcium sur les os, c’est l’ostéoporose qui menace ; Il existe un grand risque de dépression au début.

Les dérèglements hormonaux et les maladies d’origine hormonale

Comme presque tout dans l’organisme est régulé à un moment ou à un autre par une hormone, les perturbations sont fréquentes et la plupart du temps bénignes. Mais elles peuvent tout de même nous gâcher un peu la vie.

Le syndrome prémenstruel, l’acné, l’hyper ou l’hypothyroïdie, entre autres peuvent provoquer des désagréments plus ou moins importants, parfois même handicapants. L’âge avançant, ce type de soucis peuvent altérer de plus en plus notre qualité de vie si nous n’y prenons pas garde. 

L’endométriose, certains cancers du sein et de la thyroïde, SOPK (syndrome des ovaires polykystiques), le diabète, entre autres : Ce sont des maladies ou des syndromes plus ou moins graves, dont l’origine est hormonale.

Les solutions pour vivre en harmonie avec elles

On le voit donc, tout dans notre corps est régulé par des hormones aussi multiples que variées. L’équilibre de notre organisme est sans cesse remis en cause par la moindre fluctuation de la « température hormonale ». Alors, d’un point de vue physiologique, oui. On peut le dire : Nous sommes esclaves de nos hormones !

Mais est-ce une fatalité ? Comment pouvons-nous apprivoiser ses fluctuations et les comprendre pour enfin mieux vivre avec ? Voici 3 conseils pour mieux gérer l’instabilité de nos hormones.

Conseil N° 1 : L’hygiène de vie

On ne le dira jamais assez : Avoir une vie saine et équilibrée est à la base de tout ! La santé passe avant tout par la régularité de l’alimentation, de l’activité physique et du sommeil. Il est capital aussi de prendre garde aux perturbateurs endocriniens présents un peu partout dans la nourriture industrielle.

Conseil N°2 : La prévention médicale

La sécurité sociale, le médecin, nous rappellent régulièrement de faire des dépistages en prévention de toutes sortes de maladies. Cela peut paraître pénible et inutile, mais il est important de les repérer très tôt pour les traiter plus efficacement.

Conseil N°3 : La relaxation

Le stress est notre pire ennemi. Il est source de beaucoup de nos maux justement parce qu’il perturbe l’équilibre hormonal si chèrement préservé. Pratiquer la relaxation permet de sécréter l’ocytocine et les endorphines, hormones de la détente et du bien-être. C’est un cercle vertueux.

Petite-nana-Pouce-Thumbs-Up-Droite

Avis aux quinquas pétillantes, 

Recevez les derniers articles et posts humoristiques
de 50 ans dans le vent par ici, c’est GRATUIT !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.