Les maladies cardio-vasculaires chez la femme de 50 ans et plus : un enjeu de santé publique

Les maladies cardio-vasculaires ne concernent pas seulement les hommes ! Au-delà d’être moins bien protégées, les femmes sont aussi moins bien informées. En collaboration avec la Fédération Française de cardiologie, nous faisons le point sur les maladies cardio-vasculaires, les facteurs de risques et comment reconnaître les signes d'alerte.

En collaboration avec la Fédération Française de Cardiologie, on vous explique comment identifier les symptômes et les bons réflexes  pour protéger votre cœur. On le sait encore trop peu, mais les maladies cardio-vasculaires chez la femme représentent la première cause de mortalité  : en France, 1 femme sur 3 décèdera d’une maladie cardio-vasculaire, contre 1 femme sur 24 suite à un cancer du sein, soit 8 fois plus ! (Source : Fédération Française de Cardiologie)

Des chiffres d’autant plus alarmants que 54% des quelques 150 000 personnes qui décèdent chaque année en France d’une maladie cardio-vasculaire sont des femmes. Au-delà d’être moins bien protégées, les femmes sont aussi moins bien informées et dépistées et sont prises en charge plus tardivement en cas d’infarctus du myocarde (communément appelé « crise cardiaque »).

En effet, les maladies cardio-vasculaires restent encore dans les esprits, majoritairement masculines. Les femmes, et même parfois les professionnels de santé, ont tendance à minimiser les risques. Cela s’explique en partie par des symptômes qui sont différents de ceux des hommes et encore mal connus. Ainsi, en cas d’infarctus du myocarde, les femmes présentent des symptômes atypiques dans près d’1 cas sur 2, au-delà des douleurs dans la poitrine ou dans l’épaule (cf. symptômes ci-dessous). Une véritable « perte de chances » !

Mais les mentalités et les représentations évoluent ; les femmes en particulier sont de mieux en mieux informées grâce notamment à la Fédération Française de Cardiologie dont la mission est d’informer sur les facteurs de risques et les signes d’alerte, mais aussi et surtout sur les actions et gestes à adopter en prévention.

Une enquête IFOP menée en janvier 2018 pour la Fédération Française de Cardiologie, auprès de plus de 1000 femmes, a montré que ces dernières étaient de plus en plus sensibilisées aux maladies cardio-vasculaires chez la femme mais qu’elles en sous-estimaient l’ampleur.

Les maladies cardio-vasculaires, de quoi parle-t-on ?

On cite spontanément l’infarctus du myocarde et l’AVC (accident vasculaire cérébral), mais les maladies cardio-vasculaires chez la femme sont nombreuses et diverses : l’angine de poitrine, l’hypertension, les thromboses veineuses…. Ces maladies résultent de troubles qui affectent le cœur, les vaisseaux sanguins, l’irrigation de plusieurs organes (en particulier le cerveau).

Elles exposent à de nombreuses complications aiguës ou chroniques. Et contrairement aux idées reçues, les maladies cardio-vasculaires ne sont pas exclusivement réservées aux hommes de plus de 50 ans, sédentaires, fumeurs et avec de l’embonpoint.

Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité chez la femme. Malheureusement souvent de plus en plus jeune (aujourd’hui 11% des femmes victimes d’un infarctus ont moins de 50 ans ; elles n’étaient que 4% en 1995 !)

Les femmes ont souvent tendance à sous-estimer les premiers signes d’alerte ou les négliger sous prétexte de stress ou d’une fatigue intense. Pourtant quand les symptômes suivants arrivent de façon brutale et inattendue, il faut agir vite. Ces signes, décrits ci-après pour l’infarctus doivent vous alerter.  Surtout si vous avez plus de 45 ans, si vous fumez, vous avez de l’hypertension, du diabète et/ou du cholestérol.

Les symptômes de l’infarctus du myocarde chez la femme

Dans la plupart des cas, une douleur intense et brutale apparait au niveau du thorax. Elle irradie dans le bras gauche et jusqu’à la mâchoire (même alerte pour les hommes) mais cela n’est pas décrit de façon systématique.

Certains signes sont plus spécifiques à la femme et interviennent dans près de la moitié des cas :

  • Lors d’un effort : des douleurs dans la poitrine ou dans l’épaule, accompagnées de palpitations ;
  • Un essoufflement persistant ;
  • Des difficultés à respirer associées à une fatigue intense et persistante ;
  • Sueurs ;
  • Des problèmes digestifs : fortes nausées, vomissements, douleurs dans l’estomac.

Si vous ressentez l’un de ces signes de manière brutale ou intense, appelez le 15 même si les signes ont disparu au bout de quelques minutes.

Les facteurs de risques plus dangereux, mais souvent méconnus

La mauvaise hygiène de vie est l’ennemi public n°1, en particulier chez les femmes !
En effet, 80% des maladies cardio-vasculaires chez la femme sont liés aux modes de vie :

  • le tabac (plus préoccupant chez la femme que chez l’homme, quel que soit l’âge)
  • la sédentarité et le manque d’activité physique
  • une mauvaise alimentation
  • une consommation excessive d’alcool
  • le stress

et à des facteurs de risques aggravants :

  • le surpoids ou l’obésité
  • le diabète et le cholestérol
  • l’hypertension artérielle (1 femme sur 2 est hypertendue après 45 ans)
  • l’âge et l’hérédité
  • l’origine ethnique (les personnes d’Asie du Sud-est ou d’Afrique noire ont un risque plus élevé de maladie cardio-vasculaire)

La ménopause : une période charnière

A la ménopause, les femmes subissent une baisse des hormones qui jusque-là avaient une influence positive et protectrice sur leur profil lipidique. Tout change alors. La chute de sécrétion des œstrogènes, la prise de poids, un excès de triglycérides, le diabète…  Ces facteurs favorisent l’apparition de plaques de cholestérol dans les artères. Par conséquent,  le risque de maladie cardio-vasculaire chez la femme .

En 2019, on estime qu’avec l’allongement de la durée de vie, les femmes seront ménopausées pendant 30 à 40% de leur vie. D’où l’importance de mesures préventives.
La bonne nouvelle est qu’en adoptant une hygiène de vie équilibrée et la pratique d’une activité physique adaptée, le risque de contracter une maladie cardio-vasculaire n’est pas inéluctable.
Les rapports sexuels protègent aussi des risques de l’infarctus du myocarde car en plus d’être une activité physique (qui équivaut à monter 3 étages !), les hormones de bien-être sont également très positives pour le cœur.

A noter que les traitements hormonaux substitutifs (THS) de la ménopause ne protègent pas des accidents cardio-vasculaires.

Une fois ménopausée, votre médecin vous prescrira un bilan cardiaque et une prise de sang pour mesurer votre taux de cholestérol. Un test d’effort peut aussi être recommandé.
Et plus facilement à votre niveau, le tour de taille est aussi un indicateur santé facile à l’aide d’un mètre ruban.

Si vous avez 2 minutes de plus

L’infarctus et l’AVC

Des plaques de cholestérol, l’athérome, se déposent sur la paroi interne de vos artères. Lorsqu’elles deviennent trop importantes, ces plaques peuvent se détacher et partir dans la circulation sanguine. Si ce caillot bloque vos artères coronaires ou cérébrales, il empêche l’alimentation de votre cœur ou de votre cerveau en sang et en oxygène. Ceux-ci peuvent alors subir des lésions irréversibles. C’est l’infarctus du myocarde pour le cœur, l’accident vasculaire cérébral (AVC) pour le cerveau.

Comment savoir où en est votre cœur ?

Je teste mon cœur : fedecardio.org/test

La Fédération Française de Cardiologie est une association privée, reconnue d’utilité publique, qui sensibilise les Français aux dangers des maladies cardio-vasculaires et aux moyens de s’en prémunir.
Nous les remercions pour leur disponibilité et leur conseils avisés envers les abonné.e.s de notre site et tout particulièrement Pr Alain Furber cardiologue au CHU d’Angers et Président de la Fédération Française de Cardiologie qui a contribué à rédiger cet article.
Pour en savoir plus sur leurs missions, leurs interventions, retrouvez des conseils d’hygiène de vie et toutes les informations sur les maladies cardio-vasculaires ; ou pour faire un don : fedecardio.org

 

Petite-nana-Pouce-Thumbs-Up-Droite

Avis aux quinquas pétillantes, recevez les derniers articles et posts humoristiques
de 50 ans dans le vent par ici, c’est GRATUIT !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *