Et si on parlait des préliminaires…

Avancer dans l’âge n’est pas synonyme d’enterrement de la libido, fort heureusement. Elle mérite d’être traitée avec tous les égards qui lui sont dus… La précieuse étape des préliminaires y compris. Focus sur cette phase primordiale.

Contrairement à quelques idées reçues, les émois des quinquas n’ont rien à envier à ceux des ados ! Avancer dans l’âge n’est pas systématiquement synonyme d’enterrement de la libido, fort heureusement. Et si elle n’est pas endormie, votre libido mérite d’être traitée avec tous les égards qui lui sont dus… Y compris la précieuse étape des préliminaires.
Cette phase est primordiale à tout âge et son intensité n’est pas inversement proportionnel au nombre des années !

Les préliminaires, pourquoi et comment ?

Le terme, utilisé dans le contexte de la sexualité n’a pas eu les faveurs du Petit Robert… Seule la définition militaire du mot y figure ! Les sexologues parlent de « préparation intime ».
En fait, techniquement, les préliminaires servent à déclencher la lubrification chez la femme et l’érection chez l’homme. Mais ajoutons un peu de poésie et rappelons qu’ils servent aussi à éveiller les sens, faire battre le cœur plus vite, frissonner la peau, durcir la pointe des mamelons, augmenter la température corporelle… Bref, à stimuler le désir sexuel.

Les préliminaires n’ont rien de normé, ce qui laisse à tout un chacun la liberté de laisser libre cours à son imagination. Une chose est cependant avérée car elle est prouvée scientifiquement : notre corps contient des cellules sensorielles « programmées » pour réagir à certains stimuli.
Ces zones érogènes stimulées par des caresses – ou toutes autres techniques – permettent de générer de l’excitation et font produire au corps de l’endorphine qui est source de plaisir.

Les préliminaires sont-ils l’apanage de la jeunesse ?

Bien sûr que non… L’acte sexuel ne se cantonne pas à la pénétration, que l’on soit âgé 20 ou 60 ans ! S’exonérer des préliminaires, c’est risquer de voir un désir et un plaisir qui s’émoussent et des partenaires frustrés, insatisfaits.
Pour autant, s’il est vrai que le désir et le plaisir sont intimement liés quel que soit l’âge, il faut quand même prendre en compte que les quinquas et plus, devront gérer des spécificités physiologiques : l’arrivée de la ménopause et la sécheresse vaginale de la femme, bien sûr ; et, pour l’homme, les éventuelles difficultés érectiles. Ces petits tracas, s’ils sont conjugués à une baisse de la libido, peuvent être de nature à freiner la montée du désir. L’érotisme et les préliminaires vont alors prendre encore plus d’importance. Des caresses empreintes de sensualité, des câlins, des baisers, sont autant de marques de tendresses qui confortent les sentiments mais qui permettent également de booster le désir et de faciliter l’étape suivante qui sera – en principe – celle de la pénétration.

Quels préliminaires, pour une sexualité épanouie à 50 ans et au-delà ?

Lorsque l’on avance dans l’âge, on apprend à mieux connaitre son corps et à en assumer les envies, les besoins. Parvenus à la cinquantaine, on a apprivoisé nos tabous ou timidités de jeunesse. En couple ou pas, on est plus enclin à s’autoriser une sexualité libérée, décomplexée, voire débridée, et cela vaut aussi pour les préliminaires.

Et si le bon vieux dîner aux chandelles reste une valeur sûre, on envisage aussi des choses que l’on aurait même pas imaginé à 20 ans ! Des yeux bandés, des mots crus, des scénarios débordant d’imagination, le recours à quelques jouets coquins ; pourquoi pas ?
Certains amants privilégient le tactile, mais l’approche peut aussi être olfactive, visuelle, gustative…! Ce qui compte, c’est que chacun des partenaires donne et reçoive de manière consensuelle, sans frustration aucune.

Lorsque l’on a traversé les années accompagné( e) du même partenaire, les attentes de l’autre ont déjà été cernées. L’osmose est donc plus facile à atteindre. Cependant rester dans sa zone de confort et reconduire les mêmes gestes préliminaires à chaque rapport est une facilité à éviter. La routine guette ; en amour aussi ! Tenter de se renouveler permet au contraire d’apporter une touche d’inédit et une excitation nouvelle.

En conclusion, la palette des préliminaires est infinie. Qu’elle s’exprime par une infinie tendresse ou de torrides jeux érotiques ne regarde que vous. Les préliminaires ont cet avantage de s’inventer et se réinventer en permanence, selon l’humeur, l’inspiration, le cadre… Ils n’obéissent à aucune règle sinon celle du seul plaisir de vos sens.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.