Tout savoir sur les étirements

Les étirements, c’est souvent ce qui passe à la trappe, même en cas de pratique sportive régulière. Nous allons voir dans cet article l’essentiel à savoir : quand, pourquoi et comment les réaliser ? Faut-il en faire quotidiennement ?

Les étirements, c’est souvent ce qui passe à la trappe, même en cas de pratique sportive régulière. Voici l’essentiel à savoir sur les étirements : quand et pourquoi les réaliser ? Quand au contraire les éviter ? Quels sont ceux à privilégier ? Y a-t-il un réel intérêt à les introduire dans sa vie quotidienne ?

Pourquoi s’étirer ?

La plupart des personnes se demandent si cela vaut le coût de s’étirer et si à long terme cette pratique peut avoir des effets sur leur souplesse. D’autres pensent que les étirements peuvent éviter certaines crampes. Ou encore, augmenter leur performance sportive, éviter des courbatures voire des blessures.

Quel que soit le moment où ils sont pratiqués, les étirements n’évitent pas les courbatures, les douleurs ou les blessures, ni même la fréquence des crampes nocturnes ou diurnes. En revanche, ils ont effectivement des vertus assouplissantes, s’ils sont pratiqués de manière très régulière.

Quand s’étirer ?

Compte-tenu de l’effet limité des étirements sur le déroulement et les conséquences de l’effort, le moment de les réaliser n’a pas de conséquence sur leur efficacité. Soyez libres de les faire quand bon vous semble, il n’y a pas forcément d’intérêt à les pratiquer spécialement avant, après ou même à distance d’une activité sportive. 

Ce qui compte, c’est plutôt la fréquence des étirements. Mieux vaut s’étirer sur un temps réduit mais régulièrement si on veut voir sa souplesse s’améliorer. On parle de pratique régulière de plusieurs mois, voire années. Cinq minutes, plusieurs fois par semaine peuvent être un rythme suffisant, à condition, une fois encore, qu’on le tienne dans la durée.

Quand on a mal quelque part, on est très tentés aussi d’étirer la zone douloureuse. Le plus souvent, il s’agit hélas d’une erreur. Mieux vaut laisser la partie du corps concernée au repos. Ou tout du moins, continuer ses activités de tous les jours sans stimuler spécifiquement de cette zone. La principale exception reste la crampe : étirer la zone concernée lorsque la crampe survient soulage en général instantanément.

Comment bien réaliser ses étirements ?

Ces fameux étirements, on les a tous pratiqués au collège ou au lycée, souvent sans grand emballement ! Le web regorge de vidéos et de schémas vous présentant 1001 étirements possibles. Le yoga est aussi très tendance depuis plusieurs années, en plus des cours de stretching en salle de sport.

Si vous êtes à court d’idées pour savoir comment vous étirer, les ressources ne manquent donc pas. Et aucun risque de mal faire : tous les étirements sont bons à prendre, à condition qu’ils ne déclenchent pas de douleur modérée ou forte. Ni pendant, ni après leur réalisation.

Bien sûr, l’idéal est de varier et de ne pas réaliser plusieurs étirements qui étirent la même zone. Pour le savoir, c’est simple ! Soyez attentifs à la zone étirée (et donc très légèrement douloureuse), et trouvez des exercices qui ne sollicitent pas à chaque fois la même zone. N’oubliez pas d’étirer les jambes, mais aussi le dos, le cou et les bras.

Suivez 10 minutes d’étirements avec Isabelle, de reussitefitness.com. Une quinqua passionnée de fitness et bien-être !

Les étirements, un sujet controversé

Il est vrai qu’en en discutant autour de vous, ou en cherchant sur internet, vous trouverez des informations contradictoires sur les étirements. Il s’agit en effet d’un sujet controversé. Certains sans jamais en démentir vous garantiront qu’ils permettent d’éviter les courbatures, ou de prévenir la survenue de crampes.

En fait, il n’est pas évident d’être dans la certitude à leur sujet. Pourquoi ? Car peu de gens s’astreignent vraiment de manière très régulière à la réalisation d’étirements. En conséquence, il est difficile d’évaluer leur efficacité sur différents paramètres. Car comme nous l’avons vu, seule une pratique sur plusieurs mois pourra probablement porter ses fruits.

Finalement, si vous avez vraiment du mal à vous y mettre, cela n’est pas un problème en soi. La pratique d’activités physiques régulières, variées et adaptées sera bénéfique et permettra de mobiliser vos articulations dans des amplitudes raisonnables.

Article rédigé en collaboration avec un professionnel de santé.

Petite-nana-Pouce-Thumbs-Up-Droite

Avis aux quinquas pétillantes, recevez les derniers articles et posts humoristiques
de 50 ans dans le vent par ici, c’est GRATUIT !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *