Les belles rencontres font des portraits – Serge Sommer

C'est avec plaisir que nous recevons dans notre rubrique Portrait Serge Sommer, psychanalyste et écrivain. Il nous partage sa vision de la psychanalyse et son parcours de vie atypique.

Cela faisait des mois que j’avais envie de rencontrer Serge Sommer. Je l’écoute régulièrement sur France Bleu car il anime tous les matins vers 8H20 une chronique « Mon psy et moi » avec Valérie Rollmann. Tous les sujets sont abordés et chacun s’y retrouve. J’adore son regard sur la vie, sa philosophie, ses analyses, ses mots toujours justes, sa voix.

La vie de Serge est marquée d’expériences intenses, un parcours de vie lourd et atypique avec une succession d’excès et de fragilités. Il a maintes fois « touché le fond » et s’est relevé pour trouver enfin à plus de 50 ans, un chemin plus apaisé. Il nous a tout dévoilé sans filtre. Nous étions très impressionnées quand nous avons reçu Serge.

Voici les meilleurs extraits de son interview. On a beaucoup appris sur lui et sur nous… Quel riche moment !

Le Portrait

Comment êtes-vous devenu psychanalyste ?

C’est une longue histoire de vie : un profil d’enfant précoce, mal dans sa peau, rempli de souffrances et de tocs, 30 années d’alcoolisme, 4 psychothérapies et une psychanalyse qui a duré plus de 9 ans. Je suis aussi un hyperactif TDAH (Troubles Déficit de l’Attention). Élevé par ma mère et abandonné très tôt par celui que je pensais être mon père, je rencontre par hasard adolescent mon « vrai père ». Un choc. Alors que je commence à m’attacher à ce père, ce dernier disparaît peu après sans jamais donner de nouvelles. Et c’est le grand décrochage. Alcool, tabac, médicaments, drogues, la descente semble inévitable. Alors que l’alcool me poursuit pendant des années, je deviens barman… Un alcoolisme non agressif mais toujours présent. La bouteille de Jack Daniels a pendant longtemps été ma meilleure amie.

Je suis allé au bout de mes souffrances pour pouvoir débloquer celles des autres. Dans cette quête de guérison, je suis tombé par hasard sur un site d’initiation à la psychanalyse. Une révélation. Je suis autodidacte, très curieux et j’ai suivi cette formation pendant 5 ans.

L’an passé, j’ai été victime d’un infarctus. Une nouvelle grande leçon de vie. Ce jour-là, mon cœur m’a dit « Je t’aime ». Mon inconscient m’a aussi interpellé en me disant : pourquoi aides-tu les autres alors que tu ne t’occupes pas de toi ?
J’ai arrêté les concerts, le tabac, les salons du livre, tenté de mettre une fin à cette hyperactivité. J’ai compris le message et j’en ai fait la promesse à mes enfants.

En quoi la psychanalyse peut-elle aider les personnes ?

Ce que j’aime dans la psychanalyse, c’est qu’il existe deux personnes en nous. Celle qui pense et celle qui respire. Apprendre à se connaitre, savoir ce qui fait de nous un être unique, c’est le rôle de la psychanalyse. Elle vous invite réfléchir sur ce qu’il y a de plus spécifique en vous. La richesse des êtres humains réside dans les fusions de toutes les richesses individuelles. C’est la résilience collective.

Les personnes attendent d’un psychanalyste l’expression des émotions. Tout ce qui n’a pas été exprimé s’exprime dans le corps. Mais à mon sens la plus belle définition de la psychanalyse reste celle de Coluche. Je cite : « Avant, je pissais au lit et j’avais honte. J’ai été voir un psychanalyste et ça va mieux. Maintenant, je pisse au lit mais je suis fier !». Cela remet beaucoup de choses en place. S’accepter soi-même et faire en sorte que nos points forts ou nos différences soient une force au service de tous.

En ce qui me concerne, la psychanalyse m’a aidé à m’aimer tel que je suis. Au travers de mes livres, j’ai donné un sens à mes épreuves. Tout ce qui ne tue pas rend plus fort. Transmettre, être présent pour les autres et être en paix avec moi-même a représenté un long travail.

Est-il difficile de surmonter ses addictions ?

Les addictions ne sont ni un vice, ni une perversité ou un handicap. C’est un mécanisme de défense. Tant que l’on n’a pas trouvé la source, on ne pourra pas en guérir ou en sortir. 95% des cures de désintoxication sont un échec et ce chiffre tombe à 50% s’il y a un suivi thérapeutique de psychothérapie.

Quels thèmes préférez-vous aborder lors de vos consultations ?

Je ne peux pas dire que je préfère un thème ou un autre car tout m’intéresse chez mes patients, j’aime découvrir et les accompagner dans toutes leurs situations…

Les thèmes récurrents de mes consultations sont l’anxiété, la dépression, les crises de colères, les troubles de la déficience de l’attention avec plus ou moins l’hyperactivité.
J’ai pour habitude de comparer une séance avec une leçon de ski. Mes patients font les premières traces dans la poudreuse et ensuite je les accompagne. J’aime aussi cette phrase de Françoise Dolto : « Je vous prête mon oreille pour que vous puissiez mieux vous entendre ».

Les femmes consultent-elles plus que les hommes ?

Je reçois effectivement plus de femmes dans mon cabinet. J’ai une explication là-dessus… Dans notre société patriarcale, l’homme ne montre pas ses faiblesses. Vous connaissez bien cette fameuse expression : « On ne pleure pas quand on est un homme ».

Vous intervenez le matin sur France Bleu, comment choisissez-vous vos sujets lors de votre émission le matin ?

Je travaille en collaboration avec Valérie Rollmann qui est journaliste. Elle choisit et me propose les sujets. Nous enregistrons en direct. Les sujets ne sont pas préparés à l’avance pour garder toute la spontanéité. On s’amuse aussi beaucoup !

Quel est le plus joli cadeau que la vie vous ait offert ?

J’hésite aussi entre ma femme et mes enfants mais sans mon épouse, il n’y aurait pas mes enfants ! Alors je dis ma femme. 28 ans d’amour et de soutien.

On partage tout secrets et sourires

Quel est votre petit rituel du matin ?

Fini le bon trio café-clope-travail, maintenant je déjeune ! Alors le petit déjeuner, c’est mon nouveau rituel. Ensuite, j’écoute mon émission en podcast pour vérifier que je n’ai pas dit trop de bêtises !

Êtes- vous un bon cuisinier ? Et quel est votre plat préféré ?

Je suis un très bon cuisinier. J’ai longtemps été papa au foyer. Je n’ai pas un plat préféré mais plein ! Et si je devais en retenir que deux, ce serait le couscous et la blanquette de veau !

Pouvez-vous résister devant une religieuse au chocolat ?

Oui, je suis plus salé que sucré.

Est-ce que vous chantez sous la douche
et si oui quel est votre air favori ?

Je chante sous la douche, tous les airs. J’avais l’habitude de finir mes concerts par « What a wonderful word » de Louis Amstrong et « Mercedes Benz » de Janis Joplin.

Quel est votre livre de chevet ?

– L’évangile selon Thomas
– La cause des enfants de Françoise Dolto

Pouvez-vous faire une petite dédicace pour tous les quinquas dans le vent ?

Vos enfants sont maintenant grands alors n’hésitez pas à aller vous rencontrer vous-mêmes et profitez de la vie. Il est enfin temps !

En savoir plus

Serge est l’auteur de trois livres et aussi d’un livre CD avec 12 titres de chansons.

Autopsie du silence

Serge évoque sa douloureuse enfance très tourmentée et sa vie jusqu’à ses 35 ans. Dépression, abandons, non-dits… Un témoignage poignant, un récit autobiographique bouleversant dédié à ses enfants. Une magnifique façon de leur montrer comment adolescent il a été contraint à se débrouiller seul. Une histoire touchante, unique et captivante.

Au-delà du verbe

Serge poursuit l’écriture de sa vie dix ans après son premier livre. Il est alors marié, papa de trois enfants et père au foyer. Ses vieux démons ne l’ont toujours pas quitté. Avec l’aide de ses proches et de la psychanalyse, il retrouve de l’espoir et prend de la distance avec sa principale addiction : l’alcool. Rien n’est facile. Un autre témoignage vibrant et retentissant.

Paroles de divin sur le divan – 114 Paroles de Jésus à la lumière de la psychanalyse

C’est dans un tout autre registre que l’on retrouve Serge. Dans cet ouvrage, il étudie les pensées chrétiennes occidentales à partir de ses connaissances en psychanalyse. Il explique son cheminement intellectuel, spirituel et émotionnel. Un parallèle avec sa propre expérience qui met en corrélation psychanalyse moderne, spiritualité et théologie.

Merci encore Serge pour votre gentillesse et votre temps.
Retrouvez le site de Serge en cliquant ici.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

2 commentaires sur l'article “Les belles rencontres font des portraits – Serge Sommer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.