Le bain de nos émotions

Notre quotidien nous impose une palette d'émotions qui oscille entre peur, tristesse, doute, gratitude et moments de joie avec nos proches si l'harmonie est au rendez-vous. Ne serait-ce pas l'occasion de développer notre intelligence émotionnelle. Anne Berlet, coach de vie passionnée par la gestion des émotions, nous explique.

Le confinement nous fait vivre une palette d’émotions qui oscille entre peur, tristesse, doute mais aussi gratitude et moments de joie avec nos proches quand l’harmonie est au rendez-vous.

Ne serait-ce pas l’occasion de développer notre intelligence émotionnelle ? Dans les processus de décision et de bien-être, la gestion des émotions et de la raison peuvent s’affronter et se compléter. Anne Berlet, coach de vie passionnée par la gestion des émotions, nous explique pourquoi il est important de prendre en considération cette partie de nous-mêmes.

Nous sommes conditionnés par l’intelligence rationnelle

Plus ou moins formatés par notre culture judéo-chrétienne et notre éducation, nous pensons que la résolution des problèmes s’effectue avec notre intelligence logico-mathématique. C’est la partie gauche de notre cerveau, appelée aussi intelligence rationnelle ou matière grise. Longtemps, on a caché nos émotions car elles s’apparentaient à des phénomènes physiologiques gênants ou de la faiblesse. 

D’ailleurs l’école, nos parents, nos patrons nous ont toujours encouragés à résoudre nos problèmes de façon cartésienne.  Qui nous a permis de ressentir, montrer ou exprimer nos émotions dans la prise de décision ?  

 

Notre intelligence émotionnelle n’est pas une option

En voulant rester conforme à une certaine « normalité », nous mettons de côté notre intelligence émotionnelle. Nos réflexions et processus de pensée sont donc incomplets voir biaisés, quel dommage ! L’intelligence émotionnelle siège dans la partie droite de notre cerveau. Elle est en lien avec nos 5 sens, notre intuition et notre cœur. Elle se nourrit de nos inspirations, nos motivations, nos perceptions. Notre cerveau, très habile peut utiliser la totalité de nos intelligences.
Nous sommes tous capables d’élargir notre manière de penser ou de fonctionner en composant avec raison et émotions. Nous pouvons ainsi donner une dimension holistique à notre être et à ce qui nous entoure.

Du bon usage de nos émotions

  • Première étape : Autorisons-nous à ressentir nos émotions. Nous posons souvent cette question aux autres « comment vas-tu ? Aussi, interrogeons-nous d’abord sur nous :  comment vais-je ? ou dans quel état d’esprit suis-je ?
  • Deuxième étape : Écoutons les messages cachés derrière nos émotions ; quels les besoins ne sont pas satisfaits, le besoin d’être, celui d’avoir ? Accueillons ces messages, mais attention cela ne signifie pas de leur accorder tous pouvoirs !
  • Troisième étape : Acceptons notre vulnérabilité et nos faiblesses lorsque ces émotions sont liées à la colère, la peur ou la tristesse. En faisant cette démarche, nous augmenterons l’opportunité de rassembler nos ressources pour rééquilibrer et guérir ce qui est touché.
  • Quatrième étape : Nourrissons notre lumière pour éclairer notre part d’ombre. Cela signifie de remplir le réservoir de notre confiance et estime de soi. C’est honorer et valoriser notre « écosystème » telle une plante, pour qu’elle s’épanouisse. Soyons attentif à ce qui est présent dans notre environnement. Et surtout, n’hésitons pas à se débarrasser des mauvaises herbes et produits toxiques…

On cultive ainsi la gratitude envers nos potentiels et on se félicite des progrès accomplis chaque jour vers la liberté d’être soi.

Mesurer la température du bain émotionnel

Plus nous serons sensibles et en capacité de comprendre nos émotions, plus nous nous respecterons et poserons des limites.

Lorsqu’une situation ou une personne fait varier la température du bain de nos émotions, il nous appartient délimiter des frontières. Ne rien dire c’est accepter de se faire brûler ou paralyser. Ce schéma délétère ouvre la porte au burnout, à la dépression ou à la maladie.

De l’intelligence émotionnelle à l’intelligence relationnelle.

Apprendre à s’écouter est une clé majeure pour maintenir son axe et se positionner vis-à-vis des autres. À défaut, nous projetons notre mal -être, nos frustrations, nos peurs, nos schémas limitants et nos blocages non résolus.

De même que notre hygiène corporelle est une habitude quotidienne, adoptons une hygiène mentale et psychique en étant présent à soi, en effectuant régulièrement du nettoyage sur ce qui nous affranchit et ce qui nous empêche de nous élever. C’est en utilisant toutes nos intelligences que nous garderons un vrai équilibre  ainsi que notre verticalité. Nous serons en paix avec nous-même afin d’être en paix avec les autres.

Petite-nana-Pouce-Thumbs-Up-Droite

Avis aux quinquas pétillantes, recevez les derniers articles et posts humoristiques
de 50 ans dans le vent par ici, c’est GRATUIT !

Anne Berlet

Anne Berlet

Anne Berlet est coach de vie certifiée et praticienne PNL expérimentée. Elle accompagne les particuliers et les professionnels dans leurs phases de transitions afin qu'ils transforment les problèmes en solutions durables. Elle est créatrice de la méthode E.T.R.E, basée sur des outils puissants qui vous donne une vision claire pour passer à l'action et engendrer des résultats concrets. Vous gagnez en confiance en vous, en sérénité, vous êtes plus léger et faites des choix justes. Les séances s'effectuent en face à face ou à distance. Anne vous offre votre premier rendez-vous ! Précisez que vous êtes abonnés à la newsletter de 50 ans dans le vent.

Visiter son site web

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *