Rechercher un emploi après 50 ans

Vivre une période de chômage n’est jamais simple à gérer, d'autant plus à la cinquantaine. Difficile de garder le moral, de positiver et d’avancer dans un contexte économique difficile où vous avez parfois l’impression de vous sentir décalé(e). Alors pour renouer avec le marché de l’emploi, découvrez quelques conseils.

Vivre une période de chômage et rechercher un emploi après 50 ans n’est jamais simple à gérer. Face à un marché de l’emploi tendu, les années pèsent lourd sur la balance. D’autant qu’il faut faire face à des armées de jeunes fraîchement diplômés qui débarquent sur le marché avec leur enthousiasme, leur motivation et des dents parfois bien longues ! Difficile de garder le moral, de positiver et d’avancer dans un contexte économique difficile où vous avez parfois l’impression de vous sentir décalé.

Pourtant, l’âge est un atout et vous avez encore de belles années professionnelles devant vous ! Voici quelques conseils pour renouer avec le marché de l’emploi.

Contrer les idées reçues

Non, un senior n’est pas has-been, enfermé dans son train-train ou trop cher ! A l’heure où l’âge de la retraite est repoussé, l’avenir n’est-il pas aussi aux quinquas ? Alors certes, il y aura des baisses de moral, des candidatures sans réponses, des entretiens qui ne déboucheront sur rien de constructif…Mais ce temps d’inactivité peut être une opportunité, un challenge presque. La chance de se poser, rebondir, sortir de votre routine et surtout de mettre en avant les nombreux atouts qui sont les vôtres.

Profitez de cette période pour faire un bilan de compétences, vous lancer dans une validation des acquis de l’expérience (VAE) ou encore une formation ou une remise à niveau qui montrera vos capacités d’apprentissage.

Aux yeux d’un recruteur, un quinqua c’est moins d’absentéisme et plus de sérénité. Plus d’enfants en bas âge à conduire ou à récupérer à l’école, plus de contraintes liées aux congés scolaires ou aux maladies infantiles… En bref, embaucher un senior, c’est être assuré d’une certaine flexibilité, d’un réel investissement au travail puisque justement, c’est votre seule grande préoccupation. Alors voici des arguments qui pèsent du poids pour rechercher un emploi après 50 ans !

Mettre en avant ses expériences et ses acquis

De l’expérience, des compétences, des points forts et des atouts, vous en avez et vous le savez. Encore faut-il le faire savoir ! Inutile de lister vos expériences depuis votre brevet des collèges. Allez plutôt à l’essentiel et concentrez-vous sur vos expertises les plus pertinentes ou les plus récentes. Car ce qui intéresse un recruteur ou un employeur ce sont surtout vos expériences en adéquation avec le poste proposé. Mettez votre modestie de côté et valorisez vos missions les plus réussies, vos résultats… même s’ils appartiennent au passé.
Pour autant, ne forcez pas le trait et n’en faites pas trop. Montrez que vous avez su tirer partie de vos échecs ou de vos erreurs lors des entretiens.

Relooker son CV

Parce qu’il est le reflet de votre carrière, un bon CV est incontournable pour rechercher un emploi après 50 ans. Prenez du temps pour vous poser les bonnes questions : quelles sont mes compétences ? A quels postes je postule ?
Soignez aussi la présentation en lui donnant un coup de jeune. Le CV de vos 20 ans ne sera pas le CV de vos 50 ans. N’hésitez pas à consulter des exemples en ligne pour soigner le contenu mais aussi l’apparence et la mise en page. Inscrivez-vous à des stages de rédaction chez Pole Emploi ou l’APEC. Il y a de très bons formateurs. Inutile de cacher votre âge mais ne focalisez pas non plus l’attention de votre interlocuteur sur cela. Soignez aussi vos lettres de motivation. Elles font la différence.

Ne négligez pas non plus les réseaux sociaux. A ce titre, LinkedIn et Viadéo sont utiles pour améliorer votre visibilité. Et par là même prouver que vous avez une bonne maîtrise des incontournables outils informatiques. Créez votre profil pour postuler, être vu, identifier des recruteurs, des DRH…Et faîtes le vivre : partagez du contenu, relayez des actualités. Il existe des formations e-learning  sur Linkedin qui couvrent de nombreux domaines, inscrivez-vous ! Vous vous perfectionnerez et montrerez que vous êtes actif. Une bonne manière de vous démarquer.  La recherche d’emploi est un job à plein temps, le meilleur moyen de rester dans le bon rythme.

Faire marcher votre réseau

Au fil de votre vie professionnelle, vous avez acquis nombre de contacts. Alors réseautez. Toutes les relations, professionnelles ou personnelles, sont dignes d’intérêt. Et méritent d’être exploitées voire enrichies. Car au détour d’une conversation anodine peut se cacher le job idéal. On a souvent plus de chance de retrouver dans son domaine.
Dans le même ordre d’idées, écumez les salons ou autres événements liés à la recherche d’emploi, toujours riches en rencontres.
Ne restez pas seul chez vous surtout. 

Et si vous envisagiez d’autres pistes ?

Et si les expériences que vous avez acquises au fil des années vous permettaient d’envisager une autre carrière professionnelle, une autre voie ? En particulier celle de l’entrepreneuriat. Cette période d’inactivité est peut-être l’occasion de vous lancer en micro-entreprise. Vous prenez peu de risques, vous faîtes profiter d’autres prospects de votre expertise, quel que soit votre domaine d’activités. Une manière intéressante de redevenir salarié à plus long terme (?) et surtout de ne pas rester sans activité !
Si vous n’avez pas l’âme d’un entrepreneur, le portage salarial peut être une autre voie pour être son propre patron.

Et quand on est perdu…

Vivre le chômage est déstabilisant. Cela peut être vécu comme un réel traumatisme. Difficile de garder espoir quand on est dans l’attente, l’incertitude. Des lettres sans réponse, des entretiens qui n’aboutissent pas et parfois même des soucis financiers ou des problèmes de santé en résultent. Du coup, il faut de l’énergie pour se maintenir. Tout est prétexte : sports, loisirs, sorties, il est essentiel de maintenir des activités pour garder la confiance en soi et maintenir un lien social.

Et si vous vous sentez plus fragile, consultez des spécialistes ou même un coach de vie qui vous aideront à faire le point et reprendre confiance. 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

One thought on “Rechercher un emploi après 50 ans

  1. Bjr
    Je suis le mauvais exemple !
    Seule, un loyer mensuel, salaire peu élevé, pas d impots,pas d aide non plus.
    J ai essayé de changer de job et d orientation. Mais en France on est catalogué en fonction de ses diplômes et on ne vous laisse pas l opportunité de faire autre chose.
    Si vous avez un CDI,on vous répond que vous avez de la chance d avoir un job .
    Et si vous n avez pas d apport financier vous êtes mort pour faire autre chose.
    Rien n est simple croyez moi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *