Si je perds mon smartphone, je perds ma vie ?

Télé, smartphone, ordi, tablette… Les écrans rythment notre quotidien et il est facile de tomber dans l’excès. Mais êtes-vous vraiment accro, autrement dit "nomophobe" ? On vous aide à tester votre dépendance et on vous livre quelques astuces pour une détox si besoin !

Suis-je accro à mon smartphone ? - Photo d'une femme regardant son téléphone

Télé, smartphone, ordi, tablette… Les écrans rythment notre quotidien et il est facile de tomber dans l’excès. Mais êtes-vous vraiment accro ? Etes-vous « Nomophobe », un drôle de mot issu de la contraction de « no mobile phone phobia » ? On vous aide à tester votre dépendance et on vous livre quelques astuces pour une détox si besoin 😉

Je teste ma dépendance en 1 minute

Plus de réseau ou de batterie ? C’est la panique ! Vous suez à grosses gouttes et vous faites demi-tour le matin si vous avez oublié votre portable ? Vous souffrez peut-être de ce syndrome d’anxiété d’être séparé de votre téléphone. Pour le confirmer, une minute suffit. Passez le NMP-Q (Nomophobia Questionnaire), développé par des chercheurs de l’université d’Etat de l’Iowa.

Le NMP-Q (Nomophobia Questionnaire)

Associez une note à chaque affirmation ci-dessous, de 1 (« c’est totalement faux ») à 7 (« c’est tout à fait exact ») :

Je me sentirais contrarié(e) si je ne pouvais plus accéder à certaines informations (météo, actualités, événements) via mon smartphone

Je me sentirais contrarié(e) si on m’interdisait d’utiliser mon smartphone pendant une heure ou plus

Quand mon smartphone n’a plus de batterie, ça m’angoisse

Lorsque je n’ai plus de réseau, je suis stressé et je ne pense plus qu’à ça

Si je n’avais plus mon smartphone, j’aurais peur de commettre des erreurs dans ma vie de tous les jours (rendez-vous manqués, erreurs d’itinéraires…)

Quand je n’ai pas mon téléphone sur moi :

  • Ça m’angoisse de ne pas pouvoir parler avec ma famille et mes amis
  • Ça m’angoisse de ne pas être joignable, notamment par mes collègues
  • J’ai peur que mes amis et ma famille m’en veuillent et s’éloignent de moi
  • J’ai peur de manquer des notifications sur les réseaux sociaux
  • J’ai peur de manquer un appel ou un texto important
  • Je me sentirais anxieux de ne pouvoir vérifier mes e-mails
  • J’ai l’impression de n’avoir rien à faire, et ça me stresse.
 

Et maintenant, le verdict !

Votre score total est supérieur à 60 ?
Vous êtes très certainement nomophobe. Pas de panique cette nouvelle addiction n’épargne (presque) personne. « Nomophobie » n’a pas été élu mot de l’année 2018 par le Cambridge Dictionary sans raison !

Respirez, souriez, on vous aide à vous détacher tout doucement de votre smartphone.
Mais d’abord, on vous explique pourquoi il serait bon de s’en éloigner un peu.

Les dangers de cette addiction

Pourquoi est-ce si embêtant finalement d’être toujours collé à son portable ?
Comme toute dépendance, cette addiction présente quelques dangers. Voici les principaux points d’alerte :

Un manque de concentration : un MMS, un mail reçu, vous êtes déconnectés de la réalité à la moindre occasion…

Une désocialisation : le nez dans ses textos, les relations amicales sont un peu plus distantes pas vrai ?

Des troubles du sommeil engendrés par un usage excessif de son portable notamment avant de se coucher, l’œil étant stimulé par la lumière de l’écran.

⇒ Des conséquences physiques : fatigue oculaire, douleurs dans la nuque et les cervicales, tendinite du pouce à force de tapoter…

⇒ Une peau ridée : et oui ! Les lumières bleues seraient facteurs de vieillissement prématuré. Les selfies seraient même à l’origine de tâches pigmentaires, cernes et autres pores dilatés… On vous aura prévenues !

Les solutions pour une détox toute en douceur

  • On arrête de remplir chaque moment de vide en attrapant son portable (bus métro, pause au bureau)… On en profite pour lire, rire, boire un café, discuter, apprécier ces moments libres !
  • On se fixe des limites. Ça peut paraître simple et pourtant c’est la base !
    Déposer son téléphone dans la coupelle du couloir en rentrant le soir pour profiter de ses proches, s’interdire de regarder la télé dans le lit conjugal, déconnecter pendant les vacances…
    Fixez-vous des objectifs à atteindre pour vous déshabituer petit à petit.
  • On se crée un électrochoc : vous préférez la manière forte ? Demandez-vous « Combien de temps je pourrais passer sans mon iPhone ? » et passez au mode sevrage. Vous avez bien su arrêter de fumer ou vous vous êtes débarrassés de ces kilos en trop…
    Oui, vous êtes capable de vous éloigner de votre écran. Nous, on croit en vous 😉
  • On se recentre sur l’essentiel : pause bien-être, sophrologie, on prend soin de soi et on s’occupe l’esprit !

Conclusion

Les nouvelles technologies ont mis dans nos mains une mine d’informations et de fonctionnalités accessibles en un clic. Profitons de ces avancées formidables sans pour autant tomber dans l’excès ! La vie réelle a tellement à nous offrir, levons les yeux de nos écrans. Comment faisions-nous finalement avant l’arrivée de tout ? Et n’oublions pas ! Montrons l’exemple à nos ados, ce sont eux les prochaines générations.

Et pour aller plus loin :

J’arrête d’être hyperconnecté, Programme pour apprendre en 21 jours à changer d’attitude face à son smartphone (Editions Eyrolles).

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

One thought on “Si je perds mon smartphone, je perds ma vie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *