Les belles rencontres font des portraits : Marie-Paule

Nous aimons porter la lumière sur des personnes qui nous ressemblent. Découvrons Marie-Paule. A cinquante ans et plus, elle nous explique comment et pourquoi elle a effectué un virage en quittant une vie confortable, très rythmée et riche en expériences.

Nous avons invité Marie Paule dans notre rubrique portrait, car nous aimons porter la lumière sur des personnes qui nous ressemblent. En plus d’être une super fan de nos posts Facebook, à cinquante ans et plus, le parcours de Marie Paule est l’exemple d’une vie très rythmée, riche en expériences.

Aujourd’hui, Marie Paule a pris un virage et elle nous explique pourquoi elle a changé de voie et comment être en accord avec son projet personnel.

Le Portrait

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai vécu 27 ans avec le papa de ma fille à La Clusaz et tout se passait pour le mieux. J’ai rénové un hôtel, qui mérite ses 4 étoiles aujourd’hui. Tout roulait parfaitement, la montagne, les clients, un statut… jusqu’au jour où j’ai réalisé que je ne vivais que pour mon compagnon en m’oubliant complètement. Cette prise de conscience a évidemment changé mon comportement, ce qui a été très mal vécu par mon coq en pâte… Notre relation est devenue de plus en plus conflictuelle et même insupportable. Donc ce qui devait arriver arriva je suis partie avec 2 valises et mon vélo dans ma voiture. J’avais cette petite voix qui me criait de plus en plus fort : il est temps de vivre pour toi.

Même si çela n’a pas été facile, j’ai osé le faire ! Cette transition de vie m’a permis d’effectuer  un gros travail d’introspection et de me former aux neurosciences et à la psychologie positive. De là est né mon blog : investissezenvous.biz

Est-ce difficile de changer de voie ?

Bien sûr et c’est même très douloureux, mais oui c’est possible et surtout très bénéfique. Il faut prendre conscience que tout est possible pour un avenir meilleur si vous le désirez.

Comment trouver l’énergie de toujours rebondir ?

L’énergie est une de nos puissantes ressources intérieures, nous l’avons tous en nous.
Il est donc nécessaire de se poser les bonnes questions :

Qu’est-ce qui est important pour moi ?

Qu’est-ce que je veux vraiment, Vraiment, VRAIMENT !
Une fois que la réponse est bien claire dans la tête : « JE FAIS ÇA POUR MOI ».
Nous entrons dans une spirale émotionnelle positive qui s’entretient et se nourrit.
Pour être plus pragmatique, il y a une multitude de choses qui donnent de l’énergie au quotidien : bouger son corps, respirer en pleine conscience, écouter de la musique, se recentrer sur ce que nous avons déjà, se fixer des objectifs et les atteindre…

Comment aider les personnes qui nous lisent et qui traversent des difficultés ? Quel message leur faire passer ?

La question est vaste, je vais tenter d’y répondre au risque de déranger certaines personnes.

Une difficulté vécue est provoquée par un élément extérieur (rupture, deuil, licenciement…) et c’est la perception de cet évènement qui génère une émotion désagréable (difficulté, souffrance).
À chaque fois que nous percevons plus d’inconvénients que d’avantages à une situation, c’est-à-dire un déséquilibre entre ce qui se passe et ce que nous aimerions qu’il se passe, nous créons une émotion désagréable. Elle est le reflet de notre perception des faits. Les perceptions d’inconfort qui crée des émotions négatives.

Si je prends l’exemple du licenciement :
Pour une personne ce fait peut être vécu comme la fin du monde avec un sentiment de haine, de peur, de frustration parce qu’elle se sent trahie, et sans repère.
Pour une autre, cette situation pourra être vécue au contraire comme l’opportunité de sortir de sa zone de confort, de se remettre en question et de trouver un autre job, de s’épanouir davantage, de gagner plus d’argent. Elle entamera un bilan de compétences et une nouvelle dynamique.

Comme chaque individu perçoit les évènements différemment, les difficultés sont donc vécues différemment selon les personnes. Avec un peu d’entrainement, on peut changer la vision des faits pour les vivre différemment. C’est donc un choix de décider de court-circuiter nos émotions désagréables.

Le message que je leur transmets, à retenir :
Le traumatisme diminue (ponctuellement) le bien-être des personnes, mais enrichit leur personnalité en trouvant plus de sens à la vie. C’est ce qu’on appelle la résilience. Et la bonne nouvelle c’est que la résilience s’apprend et se développe.

C’est la raison pour laquelle je vous invite à prendre les rênes de votre mental pour apprendre à vous connaître. Apprendre à se connaître permet d’appréhender les aléas de la vie avec plus de sérénité.

Tout le monde veut-il changer ?

Ma réponse est non, pour la simple raison qu’il est plus facile de se contenter de ce qu’on a sans chercher à améliorer son quotidien, ni même à changer ce qui ne va pas, que de sortir de sa zone de confort pour changer de routine.
Mais tout est possible.
« Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse », Nelson Mandela.

Peut-on avoir une deuxième chance ?

Bien sûr et il n’est jamais trop tard pour changer ou tout au moins modifier ce qui ne va pas.
2 éléments sont indispensables :
– Une prise de conscience de son moi.
– La volonté et la détermination de vouloir vivre différemment

Pourquoi est-ce difficile de reconstruire et de prendre des décisions qui vont changer nos vies ?

La peur ! La peur de l’inconnu, la peur d’être rejeté…
La peur de sortir du cadre dans lequel nous avons été formatés depuis notre enfance.
La peur du regard des autres. La peur de sortir de sa zone de confort.
Or la peur est une présupposition de ce qu’on va perdre en changeant notre vie sans évaluer ce qu’on peut y gagner. J’adore cette métaphore : On ne sait pas ce qu’on ne sait pas ! À méditer !

Qu’est-ce que les neurosciences et la psychologie positive ?

Les neurosciences s’intéressent au fonctionnement du cerveau humain. La psychologie positive est une science qui s’intéresse à l’épanouissement et au bien être de vivre en phase avec soi-même.
Les deux sont complémentaires et ont pour but de nous faire prendre conscience qu’il est tout à fait possible de passer de victime de sa vie à acteur de sa vie.

Aujourd’hui, quelles sont les valeurs qui vous animent ?

L’être humain. J’ai toujours aimé les relations humaines, cela vient peut-être de mon éducation ou pas, mais j’ai une soif d’apprendre le fonctionnement du cerveau humain. C’est quelque chose de passionnant que j’aime transmettre.

Quels sont vos projets ?

Faire vivre mon blog Investissezenvous pour aider les personnes en souffrance à prendre conscience de leur pouvoir, de leur identité, pour retrouver joie de vivre et sérénité grâce à mon expertise en neurosciences et psychologie positive.
Je suis en train de finaliser un programme de coaching individuel et/ou en groupe pour passer de la théorie (mon blog) à la pratique en faisant des exercices issus de ces sciences.
Tout en m’octroyant du temps pour voyager partout dans le monde.
Le voyage ouvre l’esprit.

On partage tous secrets et sourires…

Quel est votre livre de chevet ?

J’en ai deux :

  • Les 4 accords toltèques
  • Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une.

Quel est votre petit plat incontournable ?

Le poulet / petits pois quand j’arrive chez mes parents.

Quel est votre rituel préféré en vacances ?

Un café en terrasse pour observer les gens et la nature.

Avez-vous un petit secret de bien être ?

La respiration ou cohérence cardiaque en pleine conscience.

Lorsque vous n’écrivez pas, quelle est votre autre passion ?

J’en ai plusieurs et il n’y a pas d’ordre : La lecture, le sport, les voyages.

Voulez-vous bien adresser une dédicace à tous les quinquas dans le vent ?

La vie est belle et mérite d’être vécue. Vous avez encore de belles années à vivre ne les gaspillez pas.

Si vous souhaitez un entretien personnalisé offert avec Marie Paule,
indiquez bien que vous venez de la part de
50 ans dans le vent.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

3 commentaires sur l'article “Les belles rencontres font des portraits : Marie-Paule

  1. Vous aviez des moyens pour investir en vous et vos enfants n’étaient pas à votre charge. Le mari avait des moyens. C’est important de remonter le moral mais certaines sociétés ont leurs réalités. La vie n’est pas monotone, les conseils se heurtent à chaque réalité. Parfois il faut se faire aider

    1. Bonjour Bernadette. Merci pour votre message. Vraiment si vous le souhaitez, n’hésitez pas à contacter Marie Paule qui est une belle personne positive et d’expérience. Elle accompagne toutes les personnes qui sont dans des périodes de transition, de doutes et d’incertitude. Je vous laisse ses coordonnées : contact@investissezenvous.biz Indiquez bien que vous venez de la part de 50 ans dans le vent. Elle pourra certainement vous aider. Belle journée. Nathalie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *