L’abdominoplastie m’a réconciliée avec mon corps

La chirurgie esthétique voire réparatrice peut parfois offrir une solution à une souffrance physique ou psychologique. De la prise de décision au déroulement de l'opération, découvrez ce témoignage en toute intimité.

2 grossesses, une grande perte de poids… Mon ventre ressemblait plus à un sac banane qu’à des tablettes de chocolat. J’ai donc décidé de sauter le pas pour une abdominoplastie.

La prise de décision d’une abdominoplastie

Après mes grossesses, je me suis retrouvée avec le fameux « tablier », la peau tombant, recouvrant mon pubis. La perte de poids, le sport, rien n’a permis d’effacer la peau en surplus, aussi dégoutante que dégoulinante. Gênée pour m’asseoir, pendant les rapports intimes, pour m’habiller comme je voulais, la décision s’est prise naturellement. J’étais prête. Restait à me documenter : je mettais enfin un mot, des images, des explications sur l’abdominoplastie. Je me souvenais même d’un reportage vu un jour, « Moi jamais de la vie je ne ferais ça, ils sont dingues ». Et bien si, j’allais le faire.

Le 1er rendez-vous chez le chirurgien

Un clic en ligne, le rendez-vous chez le chirurgien est pris, quelques semaines plus tard. Choisi au hasard après avoir lu de nombreux avis positifs sur la toile et vérifié son parcours, je le rencontre enfin. Son cabinet est beau et je me prends à me demander en salle d’attente pourquoi les autres femmes qui patientent sont là. Nez ? Sein ? Ventre ? Je me dis qu’elles doivent se dire pareil de moi et que vue d’extérieur je pourrais être là pour tout ça finalement.

Mais non, ce n’est pas mon nez trop empâté qui m’amène aujourd’hui mais bien mon ventre. C’est à mon tour. Le chirurgien est à l’heure et le sera à chacun des rendez-vous suivants. Il parait jeune, ça m’inquiète rapidement. Son professionnalisme me rassure vite. Il va toujours à l’essentiel. On sent la machine bien huilée. Il m’explique l’opération : liposuccion pour le surplus de graisse, on m’ouvrira ensuite le ventre d’une hanche à l’autre, on tirera sur mes abdos pour permettre à mon ventre de retrouver un aspect plat, on découpera toute la partie sous mon nombril avant de tirer sur la peau afin de tout retendre. J’avais beau être préparée, ça calme. L’opération est lourde. Risquée. Il m’alerte sur les complications possibles avant de me demander si je veux toujours me faire opérer. J’acquiesce, il m’invite à me déshabiller dans la partie dédiée aux examens de son bureau.

J’enlève ma robe et un « ah oui, il faudra penser à faire les cuisses aussi » lui échappe. Je reste sans voix et avec le recul je me dis que sa réflexion était plus que limite. Je passe au-dessus et une bonne nouvelle vient vite : mon ventre étant tellement abimé, je réponds aux critères d’une prise en charge de l’abdominoplastie par la sécurité sociale. Un rendez-vous éprouvant devant un médecin conseil et sa stagiaire validera cet avis et la prise en charge financière de l’opération de chirurgie réparatrice et non plus esthétique. Seuls les dépassements d’honoraires et la liposuccion resteront à ma charge (environ 2 800 euros en tout avant le remboursement de la mutuelle).
Le chirurgien me demande de perdre encore quelques kilos pour un résultat satisfaisant et nous fixons le second rendez-vous quelques mois plus tard.

Le 2nd rendez-vous chez le chirurgien

Avec l’accord de la sécu et quelques kilos en moins, me voilà prête. On fixe la date de l’opération et je sors ma feuille A4 pleiiiiiiine de questions. L’une d’entre elles le fera particulièrement réagir : je vois encore ses yeux s’écarquiller quand j’ose lui demander le temps d’abstinence après l’opération. Je comprendrai plus tard sa surprise, quand il m’était même impossible de marcher. Alors les câlins, ce n’était pas vraiment au programme.

La veille de l’opération 

Je suis passée à la pharmacie pour tous les pansements et la gaine après l’opération. L’infirmier est booké pour mon retour à la maison. Je fais ma valise pour les quelques jours d’hospitalisation et je rassure surtout mon entourage. Même s’ils comprennent ma décision, ils s’inquiètent. Risquer sa vie pour une question esthétique, ça n’a pas fait l’unanimité, il faut l’avouer. Mais plus qu’une question d’esthétique, c’est une question de bien-être. De bien-être, de réparation physique, psychologique. Je prends beaucoup de photos de mon ventre « avant », pour me souvenir. Je me rendrai compte plus tard qu’on oublie vite et que ces photos sont précieuses, véritables témoins du passé.

Le jour J de l’abdominoplastie

Mon mari m’accompagne. Alors que je pensais être stressée, je suis impatiente. Excitée à l’idée d’y être enfin. Je patiente une bonne partie de la journée dans ma chambre avant qu’un brancardier ne vienne. « On y va ? ». Mon mari est descendu prendre l’air, il a oublié son portable. Je ne veux pas partir sans lui dire au revoir. Le temps d’enfiler ma blouse jetable, il est de retour. Une petite photo souvenir pour rassurer l’entourage, je descends au bloc. Le chirurgien dessine sur mon ventre, je lui avoue que j’ai rêvé me réveiller amputée d’une jambe. Il rit, dédramatise en disant que ce n’est pas à l’ordre du jour 😉 Tout va très très vite ensuite. On m’endort aussitôt, je demande à l’assistante de l’anesthésiste de me donner la main pour ne pas me sentir seule, au milieu de ce grand espace froid. Elle me dit qu’elle aurait préféré la donner à un beau jeune homme… Je la serre de plus en plus fort. Je sens le produit couler et je ne résiste pas longtemps.
J’ouvre les yeux en salle de réveil. Je n’ai pas mal, je suis sonnée, juste fatiguée. Je touche mon ventre, plein de pansements sous la gaine et je vois déjà une différence. Puis, je demande si c’est mon premier réveil. On me répond que non, en riant. Visiblement un premier réveil animé a marqué les esprits ici. Je ne saurais jamais. Je regagne ma chambre après quelques heures de surveillance.

L’hospitalisation

Les antidouleurs me calment, à condition de rester sagement allongée, sans faire le moindre mouvement. J’ai des nausées, je vomis et j’ai l’impression que mon ventre va exploser. J’ai des vertiges, des douleurs aux drains. Les retirer sera terrible. Je me lève pour aller aux toilettes. Impossible de me redresser. J’ai l’impression d’avoir 90 ans. Je marche comme une arrière-grand-mère, toute courbée, cm par cm. Il me faudra 1 heure pour faire ma première toilette. Je finirais même par faire un malaise. On me gardera une journée supplémentaire en observation avant de changer mon traitement pour les douleurs non toléré. L’équipe soignante sera super et plusieurs aides-soignantes me rassureront en m’avouant avoir subi une abdominoplastie avec ce chirurgien. Un peu de patience, tout rentrera dans l’ordre.

Le retour à la maison

Je ne prendrai pas de douche avant une bonne semaine. Il faudra aussi une bonne semaine avant de dormir allongée et même des semaines avant d’arriver à me retourner sur le côté dans le lit ou de retirer la gaine. Je marche désormais comme une grand-mère, il y a du mieux chaque jour, je gagne en jeunesse 😉 Piqûres pour la phlébite, prises de sang de contrôle, changements des pansements… Je passe mes matinées à attendre l’infirmière. Mes après-midi, je les passe allongée dans le canapé, incapable de rester debout quelques minutes.

A ceux qui me demandent quelles sont les douleurs, je leur décris les heures avant l’accouchement, avec cette douleur au mouvement, cette tension dans le ventre… Au bout de 15 jours, je reprends le travail, je reconduis. Je marche presque normalement mais je fatigue vite.

Près de 9 mois après l’opération, j’ai oublié les jours difficiles post opération. Je revis, heureuse de cette nouvelle silhouette redessinée. La cicatrice est déjà discrète, d’une hanche à l’autre mais cachée dans la culotte. Si c’était à refaire ? Je le ferais juste plus tôt.

Émilie, 34 ans.

Conclusion sur l’abdominoplastie

Bien évidemment, l’idée n’est pas ici d’inciter à la chirurgie esthétique mais de livrer une vision, un récit d’un moment de vie, d’une chirurgie dite réparatrice. Elle offre parfois une solution à une souffrance physique et psychologique.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

9 commentaires sur l'article “L’abdominoplastie m’a réconciliée avec mon corps

  1. Je songe beaucoup à cette opération car je suis très complexée par le tablier que j ai
    J ai pris rdv à un chirurgien déjà pour le 5 septembre 2022 en espérant que je pourrai la faire
    Même si il y a des douleurs ce sera pour un resultat

  2. Bonjour
    Moi aussi je pense à faire cette opération j ai rendez vous le 5 septembre 2022 déjà pour voir le chirurgien
    Je veux sauter le pas car je ne me sens pas bien avec ce tablier je suis complexée

  3. Bonjour
    Après de grossesses de 5 kilos chacune je me décide à 52 ans de faire une abdominoplastie,j’aurais dû garder mes bourrelets vu comment je souffre je me suis faites opérer le 31 mars 2021 , je suis retourner au bloc au lendemain dû a un hématome, j’ai garder le redan 22 jours soulager après l’avoir enlever, mais j’ai toujours des étirements et douleurs brûleurs au niveau des hanches et du ventre et cela depuis 1 mois et 24 jours j’espère que ça s’arrêtera un jours.

  4. Merci pour ce témoignage.. Mon opération est prévue le 27 mai… J’ai hâte…

  5. Bonjour
    Merci beaucoup pour ce témoignage.
    Pour les mêmes raisons que vous, je souhaite franchir le pas et me retrouver.
    C’est une vraie souffrance de se voir comme ça et d attendre en espérant que tous nos efforts paient alors qu en réalité rien n y fera.
    Heureusement qu’il y a ce type de chirurgie.
    Même si comme vous je n’étais pas du tout pour, finalement je pense que pour ma famille et moi c’est le mieux.
    Je pense que se sentir bien dans son corps est une clef essentielle.
    Je vous remercie encore pour votre témoignage.
    J’ai rdv dans 3 mois pour ma première consultation et avoir son avis
    Que ce soit pris en charge ou non par la sécu, je vais foncer.
    Bonne continuation !!

  6. 🙏Pour ce partage. Je songe à une abdominoplastie, mais j’ai peur. Pas juste de l’opération mais de toute la symbolique autour de cette décision.

  7. Un beau témoignage et merci pour cela j ai pris mon premier rdv avec le chirurgien qui va sûrement me refaire un nouveau ventre j ai perdu 50kg grâce à un bay pass et je suis absolument ravi de rentré maintenant dans du 36 mes mon ventre me dérange et me rend insatisfaite de ma nouvelle silhouette j ai accouché en mai dernier et ma fille a maintenant bientôt 10 mois me faire hospitalisé me fait peur dans un certain sens car je suis consciente des risques car il peu y avoir des complications mes sa reste qua’d même l un des plus grand souhait de ma vie de femme de me sentir enfin bien dans mon Corp et débarrassé de mon tablier abdominal qui me frustré et qui me complexe j ai decide d en parlé aujourd’hui ici pour avoir des retours de femme qui se sont faite opéré j ai 32 ans et besoin d être encore rassuré par des personnes même que l on connaît pas mes qui on un point en commun avec moi leurs mal être et leurs complexe je sais que parfois c est extrêmement difficile de prendre la parole dans un forum où l on n’a peur d être jugé mes je pense que nous avons tous et toutes le droits de partagé nos expérience dans l attente de vous lire 😊❤️

  8. Félicitations et merci pour votre récit 👌
    C’est tellement cela, j aurais aimé vous lire plus tôt
    Bonne continuation dans votre nouveau corps !

    1. Merci beaucoup j attend un deuxième avis suite à ma decision de chirurgie abdominal car un premier chir m’a dis que je serai prise en charge par la secu chose vrai car j ai eu l accord mes il me demande 4000e de dépassement d honoraire j ai donc pris un rdv avec le chir qui m’a opéré de mon bay pass car. IL fais aussi des abdominoplastie et je sais qu il intervient dans plusieurs hôpital dont certains qui sont privé et d autre public je pense que certains chir son prêt à tout pour prendre de l argent et s offrir des villa je ne sais où mes la faut pas déliré la santé n’a pas de pris et la chirurgie réparatrice ne devrais pas être facturable j ai rencontre 1 dame qui pesais 148kg elle a perdu 86 kg aujourd’hui abdominoplastie obtenu par la secu son ventre descendais au niveau des cuisse le 1er chir lui a dis 5500e de dépassement d honoraire et un 2 ème lui a demandé 1000e en France bien entendu et sur Paris dans un hôpital bien connu elle se fais opéré dans 12 Jrs j attend son retour avec une grande impatience moi perso mon rdv à lieu le 11 mai donc j attend avec impatience le verdict mes si j ai un conseil à vous donné consulté plusieurs chir qui on bonne réputation les tarifs sont malheureusement à la tête du client se qui me paraît totalement incorrecte à tout propos riche ou non beau ou non. Nous avons tous le droit d avoir accès à prix égal à ces intervention qui me semble essentiel à notre bien être à bientôt je vous tiendrais au courant. Allison💋

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.