Burnout au travail : quand le corps dit stop !

Qu’on aime ou non son poste de travail, qu’il soit intéressant ou non, que l’on ait des responsabilités ou qu’on se gère seule… ce travail auquel nous consacrons nos journées entières, parfois au détriment de notre famille, peut devenir une source de souffrance. Comment reconnaître les signes de l’épuisement professionnel avant qu’il ne survienne ? Que faire pour empêcher le burnout ?

burn out femme deprimée au travail

Qu’on aime ou non son poste de travail, qu’il soit intéressant ou non, que l’on ait des responsabilités ou qu’on se gère seule… ce travail auquel nous consacrons nos journées entières, parfois au détriment de notre famille, peut devenir une source de souffrance. On se met la pression pour éviter les erreurs, et plus on se pressurise, plus on en fait.
Quand la charge de travail se fait sentir, quand on ne s’entend plus avec les collègues, quand la hiérarchie est dysfonctionnelle… s’ensuivent la fatigue, le stress, le surmenage, tout s’empile et on perd le contrôle : bienvenue dans la spirale infernale qui mène au burnout.
L’incertitude économique, l’âge qui avance mettent en danger notre poste, et c’est la dégringolade : comment reconnaître les signes de l’épuisement professionnel avant qu’il ne survienne ? Que faire pour empêcher le burnout ?

Burnout, l'épuisement professionnel : qu'est-ce que c'est ?

Le burnout au travail se traduit par un état de grande fatigue physique et morale qui conduit à la dépression et peut avoir des conséquences graves. Pour ne pas en arriver là, comment reconnaître les premiers signes de l’épuisement professionnel ?

Quels sont les symptômes psychiques ?

Quand on est en situation de stress prolongé, on perd pied. On devient plus irritable, avec des sautes d’humeur, voire des crises de larmes. On est de moins en moins motivé à accomplir nos tâches au travail, ou au contraire on ne peut plus s’arrêter. Au bord du burnout, on ressent surtout une frustration permanente, un sentiment d’incompétence couplé à un profond manque de confiance en soi qui s’aggrave à chaque nouvel obstacle. On ne prend plus de congés, l’angoisse du lundi matin s’amplifie…

L’approche du burnout se manifeste par des prises de décisions à la hâte et irréfléchies, ou au contraire une grande difficulté à prendre des décisions qui conduit à une immobilité pesante et stressante. Nous avons de plus en plus de mal à nous concentrer au travail et nous en oublions les choses les plus essentielles.

Quels sont les symptômes physiques ?

Au bord du burnout, après un déploiement d’énergie frénétique, on ressent souvent une sensation de fatigue intense, on a envie de dormir toute la journée mais on ne peut pas se poser. On souffre de migraines, de troubles digestifs, d’eczéma, de troubles du sommeil, on a des palpitations, la boule au ventre, la gorge serrée à l’idée d’aller au travail.

L’épuisement professionnel a même des impacts sur l’apparence physique. En effet, le stress prolongé entraîne des problèmes de peau (acné, eczéma, cheveux ternes, ongles cassants, teint morne, etc.), et des problèmes de poids (prise ou perte de poids excessive).

Tous ces symptômes peuvent apparaître progressivement, d’un coup, alterner… même leur intensité et leur ordre d’apparition varient d’une personne à une autre. Si vous pressentez les signes d’un épuisement au travail, d’un excès de stress, consultez rapidement votre médecin.

Comment éviter le burnout au travail ?

Encore tabou en France, le burnout est pourtant en passe de devenir le mal du siècle. Pour ne pas atteindre l’épuisement mental et physique qui précède le burnout, il faut faire attention aux signes avant-coureurs. Voici quelques conseils pour éviter l’épuisement professionnel.

Apprendre à déléguer au travail

Trop de charge de travail nous fatigue et nous mène plus facilement au burnout. Au lieu de nous efforcer de tout faire nous-mêmes et de dire oui à tout, il faut pouvoir confier certaines tâches à nos collègues.

En parler : ne pas tout garder pour soi

Lorsqu’on est dans l’engrenage infernal, on peut avoir l’impression qu’il est difficile d’en sortir. La plupart du temps on a tendance à le garder pour soi. On a souvent peur de décevoir ou même, de se dire que personne ne va nous comprendre. 

Et bien, figurez-vous que bien au contraire, il n’y a rien de mieux que d’en parler ! Que ce soit à notre entourage proche ou moins proche, ou même à des professionnels, on est souvent agréablement surpris.

Lorsque vous ouvrez votre coeur et que vous demandez de l’aide, votre entourage sera plus à même de vous aider, de vous changer les idées et d’apporter leurs conseils extérieurs et petites astuces. Parfois de petites choses font la différence, et l’on a souvent du mal à les voir lorsque nous avons la tête dans le guidon.

Faire attention à son alimentation

Lorsque nous sommes stressées, nous avons tendance à nous défouler sur la nourriture. On consomme alors des palliatifs telles que les sodas, les snacks sucrés, le café ou encore l’alcool. À savoir pourtant qu’au lieu d’apaiser le stress, ils en génèrent… Ainsi, pour prévenir les risques de burnout, il faut prêter une attention particulière à ce que l’on ingère et comment on le mange. Manger sain et équilibré reste essentiel pour rester en bonne santé et limiter le stress, mais aussi se poser, faire une vraie pause déjeuner en évitant la salade devant l’ordi.

Se déconnecter du travail pour éviter le burnout

Pour empêcher les dérives, il faut se rappeler de temps en temps qu’il y a une vie en dehors du travail. Afin de garder un équilibre pour limiter le stress, il est important de passer plus de temps avec ses proches, et avec soi-même. D’ailleurs, la famille et les personnes qui nous entourent apporteront un excellent réconfort lorsque le travail nous épuise.

Améliorer son temps de sommeil

Une bonne nuit de sommeil reste notre meilleure alliée pour lutter contre le stress au quotidien. Les nuits séquencées ou trop courtes (moins de 8 heures) contribuent à la fatigue psychique et physique sur le long terme. Il n’y a rien de tel qu’une bon sommeil réparateur pour affronter les aléas de la vie professionnelle.

Pratiquer une activité sportive régulièrement

Le sport reste un excellent moyen d’oublier les tracas de la vie quotidienne et d’évacuer le stress au travail. Sport en salle, natation, marche, running, arts martiaux, vélo … le choix est large. Il suffit de trouver l’activité sportive qui nous plaît et la pratiquer au moins une fois par semaine pour limiter les risques de burnout professionnel.

Petite-nana-Pouce-Thumbs-Up-Droite

Avis aux quinquas pétillantes,

Recevez les derniers articles et posts humoristiques
de 50 ans dans le vent par ici, c’est GRATUIT !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.