Il a des pannes : que faire ? est-ce ma faute ?

Les câlins avec l’élu de votre cœur sont différents ? un peu moins énergiques qu’avant, un peu moins puissants ? Parfois même, il n’a pas envie, vous dit non et ces moments doux s’espacent... Comment faire pour y remédier ? On vous dit tout !

pannes sexuelles

Il a des pannes sexuelles : que faire ? est-ce ma faute ?

Depuis quelque temps, les câlins avec l’élu de votre cœur sont différents, un peu moins énergiques qu’avant, un peu moins puissants. Parfois même, il n’a pas envie, vous dit non et ces moments doux s’espacent.

S’enclenche alors le tourbillon des remises en question : son désir pour vous, les envies que vous éveillez en lui, la routine voire l’infidélité… Et tellement d’autres, l’imagination est si fertile quand on s’inquiète !

Prendre du recul

Et si on prenait un peu de recul ? Reprenons les bases : pour un homme, son sexe a toujours été au cœur de sa virilité. Ce qui le confirmait en tant qu’homme, en tant que mâle dominant pour certains, en tant que reproducteur pour beaucoup. Passe un âge où la fonction reproductrice n’est plus principale. Ça, on est d’accord. Reste donc l’autorité que confère l’équipement masculin dans une société encore très patriarcale, osons le dire.

Le rassurer et avancer ensemble

soutenir son mari et etre a l'ecoute

De ce fait, perdre la qualité de son érection (pannes sexuelles), un peu, moyennement ou beaucoup, c’est inconsciemment remettre en question ce qu’il est en tant qu’homme protecteur, tuteur … (à compléter à votre guise). Et ces questionnements nuisent à son désir, mais également fragilisent ses acquis quant à ce qu’il vous apporte et le plaisir qu’il vous donne. Sans parler du fait que ces préoccupations sont peu évidentes à partager. Le poids de ces aveux est lourd, autant par peur que l’autre s’éloigne que par peur d’abîmer définitivement son estime de soi.

Se pose donc LA question : que faire ?! Être rassurante bien sûr, bienveillante évidemment ! La complicité qui existe entre vous est suffisamment grande pour avancer ensemble sereinement.

S'essayer à de nouvelles choses

pannes sexuelles decouvrons de nouvelles choses

Mais pourquoi aussi ne pas revoir sa copie et proposer de nouvelles choses ? La pénétration mérite-t-elle vraiment toute l’attention ? La stimulation du clitoris, grand maître du sexe féminin, est un domaine qui mérite de s’y attarder et qui ne nécessite qu’un doigté efficace voire une bouche gourmande en complément. Et là, on ne parle que d’une zone érogène classique. Pourquoi ne pas en profiter pour partir à la recherche de zones érogènes non exploitées ? Avec une plume par exemple, de la cire chaude, des caresses du bout des doigts…

Et l’homme, il a perdu sa qualité érectile certes, mais n’oublions pas qu’avec les années, il a en parallèle gagné en maturité et en beauté (c’est si beau les rides !). Peut-être aurait-il mûri au point d’être curieux d’explorer son point G et l’orgasme prostatique ? Et si ce n’était pas le cas (car ce n’est pas toujours le cas), pas de souci, il y a tellement d’autres choses à proposer. N’oublions pas dans ce tourment notre chère imagination, source de nos fantasmes.

Christophe COLOMB disait « C’est quand on ne sait pas où on va qu’on va le plus loin ». Alors, oubliez ces petites pannes sexuelles et faites-vous confiance. Faites confiance à votre imagination et surtout repensez votre capacité à fantasmer.

Petite-nana-Pouce-Thumbs-Up-Droite

Avis aux quinquas pétillantes, recevez les derniers articles et posts humoristiques
de 50 ans dans le vent par ici, c’est GRATUIT !

Carole Itan

Sexothérapeute, Carole a toujours voulu l'être. Une grande passionnée du métier, elle reçoit de multiples consultations d’hommes pour des problèmes d’érection ou de précocité, de femmes pour des problèmes de vaginisme ou dyspareunie. Elle s'attelle aussi à faire de la prévention et/ou de cassage de légendes urbaines qui ont la vie dure ! Vous pouvez retrouver Carole directement à son cabinet ou par visio pour des consultations.

Visiter son site web

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.